Le point sur les victimes de violences conjugales

Le journal Amnesty de juin 2018 présentent le sujet des des femmes migrantes, victimes de violence conjugales,  qui hésitent à quitter leur conjoint violent par peur du renvoi.” Par Camille Grandjean-Jornod

Chloé Maire, travailleuse sociale à la Fraternité du CSP Vaud témoigne dans cet article de situations rencontrées dans sa pratique.

Extraits : 

« Ce sont souvent des années de lutte. On doit régulièrement faire des recours pour des cas avérés, pour lesquels il y a pourtant toutes les preuves qu’il faut. »

 «Une protection déficiente : Dans les associations d’aide aux victimes, le constat est unanime : si la loi prévoit bien la possibilité de ne pas renvoyer une femme qui se sépare de son conjoint violent, les obstacles dans la pratique sont fréquemment au rendez-vous.»

 «Une attente destructrice :  Autre sujet de discorde, la durée des procédures. Lorsqu’un recours est déposé, l’attente peut s’étendre sur plusieurs années. Une durée liée à la difficulté d’apprécier les éléments de ces dossiers, précise le SEM. « Cette lenteur complique beaucoup le processus thérapeutique, la possibilité d’aller de l’avant, de se reconstruire”, déplore Chloé Maire.»

.

Découvrez l’article

le numéro entier sur le site d’Amnesty International