Une victoire pour la société civile

Une fois n’est pas coutume, c’est une bonne nouvelle dans le domaine de l’asile: l’Etat de Genève renonce à une mesure de durcissement introduite il y a quelques mois pour l’octroi de l’aide d’urgence.

Mais, rappelle Aldo Brina, chargé d’information au CSP, “ce n’est pas pour autant un happy end. Rien que le tamponnage à l’OCPM constitue une forme de contrôle oppressant, et l’aide d’urgence reste une entreprise de désintégration sociale et de déshumanisation qui fait des dégâts.”

Lire l’article paru dans Le Courrier du 3 juillet 2018.