Solutions pour l’hébergement d’urgence

Avec la fermeture, le 31 mars dernier, dans la neige et le froid, de plusieurs lieux pour les sans-abris, c’est l’ensemble du dispositif d’hébergement d’urgence qui toussait une fois de plus à Genève.

Le Collectif d’associations pour l’urgence sociale (CausE), dont le CSP est membre, réclame la pérennisation à l’année d’au moins 500 places pour les sans-abris du canton. Pour la deuxième fois depuis 2018, des centaines de personnes se retrouvaient à la rue le 1er avril, en raison d’un manque d’engagement financier et d’un calendrier saisonnier d’hébergement qui fait fi de la météo. Pourtant, une loi cantonale votée en novembre 2021 doit assurer une aide aux personnes sans abri (Loi sur l’aide aux personnes sans abri – LAPSA).

Directeur du CSP Genève, Alain Bolle a dénoncé ce remake d’avril 2019, année où la neige avait également accueilli les personnes sans-abri au moment de la fermeture des lieux d’hébergement (lire son intervention dans 20 Minutes, 3 avril 2022). Une Lettre ouverte au président de l’Association des communes genevoises (ACG) et aux élu-e-s- des communes, signée par plus de 500 personnes, était adressée dans la foulée au président de l’ACG, M. Gilbert Vonlanthen.

En votant le 6 avril dernier un crédit d’urgence de 6,2 millions, l’ACG ouvrait enfin la voie à une solution. Le 25 avril, la Ville de Genève annonçait l’ouverture de l’abri PC de Châtelaine pour accueillir des familles, soit l’équivalent d’une septantaine de personnes. Il reste encore plus de 130 personnes sans abri dans l’attente d’une solution dans le canton.

Le CausE développe aujourd’hui un concept de lieu de répit humanitaire pour accueillir provisoirement les personnes sans abri. Ce concept est pensé, dans le contexte actuel, comme une solution d’urgence complémentaire aux logements gérés par le collectif dans des hôtels et une maison du canton. Lieux où le CausE propose, en plus d’un accueil de nuit, un accompagnement social basé sur une évaluation des besoins de chaque personne. Le collectif lançait le 26 avril un appel aux communes pour qu’elles mettent à disposition des locaux vides qu’il pourra transformer en lieux de sommeil.

Photos © Eric Roset

Pour en savoir plus:
> Les visages du sans-abrisme, reportage paru le 19 avril 2022 dans Echo Magazine
> 6 minutes avec Aude Bumbacher, directrice du CausE, Radio Lac, 26.4.2022